« Sur le fil du Temps »

Exposition à la galerie du Liseron
Du 02 décembre 2017 au 13 janvier 2018
Du mardi au samedi de 10h30 à 19h

« Sur le fil du Temps »

Vernissage le vendredi 08 décembre à partir de 18h

 

Pour cette fin d’année nous avons voulu célébrer l’insoutenable légèreté du temps, l’infinie finesse de ce fil qui nous amène d’un monde à l’autre et qui nous lie à l’humanité.

  • Benoît Vieubled : ses objets évoquent Luxe, Calme et Fragilité, telles ses volutes graciles et aériennes de métal aux sonorités anciennes, qui virevoltent de lustres en appliques, évoluant dans l’espace et entourées d’oiseaux enchanteurs, de lampes venues du monde du cirque de Calder où des petites souris danseuses croisent un lapin magicien, un cerf en habit ou un squelette dantesque luttant contre les éléments ; ou telles ses mappemondes lumineuses – Monde à l’endroit, Monde à l’envers – formant des installations légères à forte évocation poétique qui nous interrogent sur la fragilité de ce monde…
  • Charles Hair – « De mes premières années, aux bords de brume de Thizay, cent et mille paysages différents vus ou espérés animent mes émaux.
    Et ce sont les îles de la baie de Matsushima ou celles du Morbihan, les grèves de la Loire, les ocres d’Italie, les fjords de Norvège, les forêts d’Allemagne et tous mes souvenirs et tous mes oublis qui se fondent dans mon four pour inspirer ces paysages. »
  • Jean-Michel Letellier – Avant sa première résidence au Japon dans l’île de Shikoku, passionné par le papier, Jean Michel Letellier l’utilisait comme support à ses dessins ou matière pour ses sculptures. Depuis, l’essentiel de son oeuvre est réalisé au moment de la fabrication du papier. Il revisite l’idée du papier dans une démarche contemporaine. Il joue sur l’épaisseur, la transparence, l’absence de matière, la coloration de la pâte par des ocres : le papier s’entrecroise en rhizome, des terres noires remplacent l’encre de chine, l’inclusion de ficelle lui permet les volumes.
  • Miki Nakamura – Elle réalise des oeuvres en fibres de mûrier (non battues). Cette fibre est le liber de l’arbre par où monte et descend la sève. Son travail consiste à mettre en évidence ce réseau (inconnu de tous sauf des spécialistes botaniques) en l’étirant puis à le mettre en volume pour créer des compositions. Sa source d’inspiration est la nature et les formes en général.

Nous vous invitons à les découvrir sans plus attendre, du mardi au samedi, de 10h30 à 19h. Vous pourrez également les rencontrer lors du vernissage le vendredi 08 décembre à partir de 18h.